Nos Objectifs

Diffuser les bonnes informations

sur les réalités franco-allemandes et les développements européens

Faciliter les contacts personnels

et favoriser la constitution de réseaux opérationnels

Promouvoir les coopérations

et les échanges entre les entreprises des deux pays

Ouvrir les nouveaux horizons

des décideurs franco-allemands privés et publics

Les 15 ans du CEFA

0
Dîners, Petit-déjeuners, Déjeuners
0
Manifestations diverses
0
Entreprises adhérentes
0
Membres

Rendez-vous du CEFA

A venir
Il n'y a pas d'événement planifié à venir.
Retour sur les derniers rendez-vous

Evénements passés

Petit déjeuner-débat autour de Steffen Philipp, Directeur d'HIMA

« Comment une entreprise familiale centenaire du Mittelstand se transmet-elle de génération en génération, en devenant leader mondial d’un savoir-faire essentiel, la sécurité fonctionnelle ? »

Steffen Philipp, Directeur associé d'HIMA Paul Hildebrandt GmbH partagera son expérience et exprimera ce qui prime pour lui dans le développement de cette entreprise centenaire, transmise de génération en génération : HIMA.
Il abordera les enjeux croissants de la sécurité fonctionnelle pour nos infrastructures et nos industries.

Les échanges et les débats se dérouleront principalement en allemand.

     

  


HIMA : Smart Safety solutions (Solutions de sécurité intelligente)
L’expression « hidden champion » utilisée pour certaines entreprises familiales allemandes du Mittelstand est sans doute particulièrement pertinente pour HIMA Paul Hildebrandt, qui fournit mondialement des solutions et automates de sécurité. Ces solutions vont vérifier que les propres systèmes de sécurité conçus et installés dans les industries sont prêts à être opérationnels en cas de besoin. En quelque sorte, HIMA fournit « la sureté des sécurités installées ».


Et de nombreuses installations industrielles sont concernées : la filière « Oil & Gas » (Extraction, transport, raffineries), la chimie, le nucléaire, les infrastructures de transport ferroviaire (dont métro et tramways), les parcs d’attraction… et sans doute demain l’univers des véhicules autonomes).


HIMA Paul Hildebrandt a été créé en 1908 par un jeune ingénieur Johannes Hildebrandt à Mannheim (Hildebrandt Mannheim a donné le nom HIMA). Depuis les premiers équipements pour la navigation fluviale sur le Rhin, en passant par les armoires de contrôles de pression et température dans les usines, puis les centrales d’énergie, incorporant au cours de l’histoire les transistors, HIMA s’est orientée dans les années 70 vers la sécurité industrielle et fonctionnelle, à la demande d’un grand client ayant subi un accident de fonctionnement.


HIMA a été la première entreprise au monde à mettre sur le marché un produit certifié comme système de sécurité par le TÜV Rheinland (1970), puis le premier système de sécurité programmable au monde (1986), le premier protocole de communication de sécurité certifié (Safeethernet, 1997).
En 2013, HIMA a révolutionné le marché en lançant le premier système de sécurité au monde de niveau avancé (catégorie dite « SIL3 », safety integrated level 3) intégré dans un microprocesseur conçu en propre par HIMA.


Aujourd’hui, HIMA s’est transformée en spécialiste de solutions intelligentes de sécurité, abordant à la fois les aspects « cybersécurité » et « prévention des incidents » dans les processus industriels.


Comment une telle entreprise familiale s’est-elle transmise et développée en devenant leader mondial ?
Quels furent les décisions et les enjeux ? (Gouvernance, pérennité, etc…)


Voici les questions qu’abordera Steffen Philipp, qui représente la quatrième génération à diriger l’entreprise. Il est garant d’une internationalisation cohérente comme d’une indépendance économique comme technologique : depuis son arrivée à la direction en 1999, il a transformé HIMA en leader mondial des technologies de sécurité.


Steffen Phillip est également très actif en dehors d’HIMA, comme, entre autres, vice-Président de la Chambre de Commerce et dIndustrie Rhin-Neckar, dirigeant du cercle des entreprises familiales de la Chambre de Commerce, membre du Conseil de Direction de l’université des sciences appliquées de Mannheim, … et sans oublier qu’il est grand amateur d’art et de jazz, avec son propre club de Jazz !
 

 

Date de l'événement 19-10-2022 8:30 am
Date de fin 19-10-2022 10:00 am
Date butoir 17-10-2022 12:00 pm
Prix (normal) Tarif unique membre 30€, non membre 50€
Lieu: Maison de l'Alsace

Vendredi 30 septembre 2022. De bon matin, une quinzaine de membres du CEFA traversent la petite ville de Wetzlar sous un grand ciel bleu. À la lisière de la vieille ville aux maisons à colombages, un grand bâtiment industriel se dresse. C’est le siège de Leica Microsystems, entreprise d’un milliard € de chiffre d’affaires et 3000 salariés, spécialisée dans les microscopes, vendus dans le monde entier. Elle fait partie depuis 2005 du groupe Danaher (30 Md€ de chiffre d’affaires et 80 000 salariés). Nous découvrons une entreprise de haute technologie, dont l’optique reste la base. Si l’on y continue à fabriquer les lentilles à la main à partir de blocs de verre patiemment taillés et polis, l’intelligence artificielle joue un rôle croissant.

Après un mot d’accueil par la Présidente de l’entreprise, Dr. Annette Rinck, la visite guidée du site avec le Dr. Svetomir Stankovic, Vice-Président Global Operations, et Bruno Rossi, VP Global Marketing & DBS, est particulièrement éclairante.


Puis le groupe se rend à l’Ernst Leitz Park, qui regroupe plusieurs entreprises exploitant également la marque Leica, quelques autres entreprises du secteur optique ainsi qu’un musée de la photographie. Nous avons ainsi pu visiter l’entreprise Leica Camera, qui fabrique des appareils photo et objectifs de haute gamme et réalise aujourd’hui 400 M€ de chiffre d’affaires. Outre les ateliers de fabrication, l’on peut y admirer notamment le premier modèle vendu en 1925, sur la base d’un prototype de 1914, l’Ur-Leica, qui a révolutionné la photographie, en créant un appareil miniaturisé et doté d’une pellicule souple permettant de prendre 32 photos de suite. Face à cette innovation que l’on qualifierait aujourd’hui de disruptive, imaginée par le chef d’atelier Oskar Barnack et qui impliquait tout un nouveau système de développement de films, Ernst Leitz II eut alors cette parole historique : « Ich entscheide hiermit, es wird riskiert ». Le risque pris était justifié et le succès, immense comme l’a démontré Stefan Daniel, Executive VP Technology & Operations de Leica Camera.


Outre les appareils photos, cette innovation a débouché sur la fabrication d’objectifs pour caméras de cinéma, fabriqués aujourd’hui par l’entreprise Ernst Leitz Wetzlar, visitée en compagnie de son directeur général, Raimond Bayer.


Enfin, le très beau musée Ernst Leitz nous a offert un panorama de l’histoire de la photographie et de l’entreprise depuis le milieu du 19ème siècle, et l’occasion de découvrir la belle exposition du photographe Andy Summers.


Le soir, nous avons eu le privilège de visiter Haus Friedwart, la villa de la famille Leitz, et d’y dîner. Conçue par l’architecte Bruno Paul dans le style de l’art nouveau, la villa conserve le souvenir des nombreuses personnalités qui y furent accueillies, notamment Konrad Adenauer, Albert Schweitzer et de nombreux artistes. Le Dr. Oliver Nass, Président de la Fondation Ernst Leitz, nous a retracé l’histoire de sa famille qui avait fondée l’entreprise Ernst Leitz qui aujourd’hui consiste de plusieurs entités indépendantes autour de la marque Leica, mais également sur l’histoire familiale, en particulier lors des heures sombres du nazisme, pendant lesquelles Ernst Leitz II et sa fille, Elsie Kühn-Leitz, ont aidé nombre citoyens persécutés, souvent d’origine juive, à quitter l’Allemagne. Belle personnalité que celle d’Elsie, emprisonnée par la Gestapo pour « humanité exagérée » et qui, après la guerre, fut une grande mécène et fonda la fédération des associations franco-allemandes.


Le samedi 1er octobre, une visite guidée de la vieille ville a mis en lumière le riche passé de Wetzlar depuis le Moyen-Âge. Outre le Dom, qui a la particularité d’être partagé depuis la Réforme entre les communautés catholique et protestante, l’on peut encore visiter le Lottehaus, la maison de Charlotte Buff, dont le jeune Goethe, affecté plusieurs mois au Reichskammergericht, le tribunal suprême du saint empire romain germanique, tomba amoureux : elle et un jeune homme de Wetzlar servirent de modèles au roman Les Souffrances du jeune Werther.
Wetzlar, capitale de l’optique, mais aussi lieu d’inspiration littéraire, constitue, grâce au CEFA et au Dr. Oliver Nass, une magnifique découverte, hors des sentiers battus.

Date de l'événement 30-09-2022 8:00 am
Date de fin 01-10-2022 2:00 pm
Prix (normal) Gratuit

Les membres en parlent

Partenaires

Bienfaiteurs

x